Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 17:42
Pourquoi la faim rend-elle agressif?

Chez certaines personnes, la faim s'accompagne de processus dans le corps qui les rendent irritables et agressives.

 

Les glucides, les protéines et les graisses qui se trouvent dans tout ce que nous mangeons sont transformés en sucres simples (comme le glucose), en acides aminés et en acides gras libres. Ces aliments se retrouvent dans le sang d'où ils sont diffusés vers les organes et les tissus et utilisés comme de l'énergie. Quelques heures après le repas, la quantité de nutriments dans le flux sanguin baisse et les ennuis commencent : on a faim, tout à coup même les choses simples semblent compliquées, on commet de petites erreurs, on se concentre moins bien et on arrive à s'exprimer moins facilement. Pour continuer à fonctionner, le cerveau a besoin de glucose, mais comme il y en a de moins en moins dans le sang, on devient plus irritable.

 

Rabrouer

Il est même possible que le comportement de personnes affamées s'écarte des normes socialement acceptables. Elles se mettent parfois à rabrouer les autres, et surtout leurs proches.

 

L'agressivité quand on a faim s'explique aussi par une réaction contre-régulatrice du glucose. Quand le glucose dans le sang baisse à un certain niveau, le cerveau envoie des instructions à plusieurs organes pour libérer les hormones dans le corps qui augmentent le glucose dans le sang. Parmi ces hormones figurent l'adrénaline et le cortisol, deux hormones qui se libèrent en cas de stress. Enfin, la colère et la faim sont régulées par les mêmes gènes qui dégagent le neuropeptide Y, une substance naturelle dans le cerveau qui se libère quand on a faim. Cette même substance régule aussi la colère et l'agressivité. Par ailleurs, ce n'est pas un hasard si on se fâche quand on a faim. Il s'agit en effet d'un mécanisme de survie, car si une espèce abandonnait gentiment son alimentation aux autres, elle risquerait de disparaître. (TE)

 

levif

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 19:16
Un vétéran de la NASA: "Les extraterrestres ont empêché une guerre nucléaire"

Une déclaration surprenante faite par Edgar Mitchell, un astronaute sur la mission Apollo 14 en 1971.

 

Edgar Mitchell a fait partie de la mission Appolo 14 en 1971. Il a même été le sixième homme à marcher sur la Lune. Pour lui, les extraterrestres ont joué un rôle prépondérant pour arrêter une guerre nucléaire entre les États-Unis et l'Union soviétique au début de la guerre froide.

Toujours selon lui, des aliens auraient visité notre planète et la célèbre rampe de lancement "White Sands Proving Ground" où la première bombe nucléaire du monde avait explosé dans le désert du Nouveau Mexique en 1945.

"White Sands était un terrain d'essai pour les armes atomiques - et les extraterrestres étaient intéressés de connaître nos capacités militaires. Ils nous ont empêchés d'aller à la guerre et aider à créer la paix sur Terre", a déclaré Edgar Mitchell dans des propos relayés par le Mirror.

Edgar Mitchell n'est pas le seul à défendre cette théorie. "J'ai parlé à de nombreux officiers de la Force aérienne qui ont travaillé sur ces silos pendant la guerre froide. On m'a dit que des ovnis ont été fréquemment observés aux alentours et ont mis hors service leurs missiles. D'autres officiers de bases sur la côte du Pacifique m'ont dit que leurs tests de missiles ont été fréquemment abattus par vaisseau spatial extraterrestre."

Edgar Mitchell en est persuadé: des extraterrestres ont bien atterri à Roswell (Nouveau-Mexique) il y a près de 70 ans. Certains d'entre eux auraient même été capturés vivants!

"Le meilleur plan d'action était de mentir à ce sujet, et garder cela pour eux-mêmes. Ils ont qualifié cet évènement de top-secret et c'est ce qui a créé le rideau de fer intérieur, cette séparation d'un groupe secret au sein du gouvernement, et le public américain", conclut cet ancien astronaute de la NASA.

 

7sur7

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 11:41
Le monde n’aurait plus que 100 ans à vivre, affirme un scientifique

En 2010, le scientifique australien, Frank Fenner, microbiologiste célèbre pour ses travaux en virologie, a prédit que les humains disparaîtraient dans 100 ans car la Terre deviendrait inhabitable à cause de la surpopulation, du manque de ressources et du changement climatique. Sur le blog de Reuters, l’ingénieur et auteur américain David Auerbach revisite cette théorie et affirme qu’en effet, les jours de notre planète sont comptés.

 

« La prédiction de Fenner n’est pas un pari sûr mais il a raison de dire qu’il est possible que la réduction des émissions de dioxyde de carbone ne soit pas suffisante pour nous sauver de la tendance qui nous condamne à notre perte », écrit Auerbach sur Reuters. « Il semble d’ailleurs qu’il n’y ait pas de ruée mondiale afin de réduire ces émissions », poursuit-il.

 

« A ce stade, la réduction des émissions n’est que la moitié de l’histoire, la moitié la plus facile. L’autre moitié plus difficile consistera en effort important pour trouver les technologies nécessaires pour inverser l’apocalypse climatique qui a déjà commencé ».

 

« Depuis des années, nous entendons dire que nous sommes à un point de basculement. Al Gore avait averti qu’une action immédiate était nécessaire si nous voulions empêcher le réchauffement climatique. En 2007, Sir David King, ancien conseiller scientifique du gouvernement britannique avait déclaré qu’éviter un changement climatique dangereux était impossible car ce dernier est déjà là ». Selon David King, la question revenait à se demander s’il est possible d’éviter un changement climatique catastrophique, explique Auerbach.

 

« Depuis lors, les émissions ont augmenté ainsi que les températures mondiales. Seules deux conclusions peuvent donc être tirées : soit ces avertissements étaient alarmistes, soit nous sommes face à un problème beaucoup plus grave que ce qu’affirme l’ONU. Malheureusement, il semble que cela ce dernier cas ».

 

L’objectif général est d’éviter que la température de la planète n'augmente de plus de 2 degrés Celsius, explique le scientifique. Des hausses de températures plus élevées comme de 5 degrés Celsius – hausse prévue pour 2100 – provoquerait des inondations, la sécheresse, une augmentation du niveau de la mer, une extinction de masse et pire encore, un passage potentiel au point de basculement (fixé à une hausse de 6 degrés) rendrait une grande partie de la planète inhabitable et anéantirait la plupart des espèces.

 

Selon Auerbach, il n’existe aucune solution sûre afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. « Parvenir à une société libre carbone est un objectif à long terme nécessaire, indépendamment des autres solutions technologiques », conclut le scientifique.

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 06:33

Se retrouver derrière un poids lourd sur une route nationale et attendre désespérément que la voie soit libre pour doubler l'imposant véhicule sans danger: tout automobiliste a déjà vécu cette pénible expérience. Un concept novateur pourrait changer la donne.

 

Soucieux d'améliorer la sécurité routière, le géant coréen Samsung est en train de développer une technologie capable de réduire les risques liés à la circulation des poids lourds. Le "Safety Truck" consiste en effet en un prototype de camion "transparent".

 

Le véhicule est équipé d'une caméra à l'avant et de quelques moniteurs fixés à l'arrière. Les écrans projettent ainsi une vision de la route à l'automobiliste "coincé" derrière le camion et celui-ci peut dès lors effectuer une manoeuvre de dépassement sans le moindre risque.

 

Le concept, expliqué sur la bande-annonce, est inspiré de l'inquiétant taux de mortalité observé en Argentine. Une personne y meurt chaque heure d'un accident de la circulation et la plupart de ces drames surviennent sur les routes nationales où la conduite s'avère compliquée par la présence de nombreux poids lourds.

 

Cette technologie possède par ailleurs un mode de visionnage nocturne très efficace.

7s7

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 15:05
Les 5 commandes de Google à connaitre pour le SEO

Le moteur de recherche Google propose des informations complémentaires parfois méconnues et accessibles grâce à des commandes spéciales.

 

En effet, en rentrant des commandes avancées dans le moteur de recherche vous pouvez filtrer les résultats et avoir des réponses plus précises concernant un mot-clé ou tout simplement pour vérifier l’indexation de votre site. Ces commandes sont donc importantes pour vous aider à améliorer votre référencement.

 

De nos jours, tout le monde est capable d'effectuer une recherche sur la base de "mots clés" sur Google. Mais si ces recherches classiques permettent de trouver des résultats intéressants il faut également savoir que des commandes spéciales sont à connaître pour mieux interroger le moteur de recherche et que celles-ci pourraient bien vous aider à améliorer votre référencement.

 

Voici une liste des 5 commandes essentielles de Google à connaître.

 

1- La commande "site:"

La commande "site:" de Google affiche la liste des pages connues du domaine indiqué. Elle va permettre d'étudier l'indexation d'un site ou d'une partie d'un site. Elle donne une approximation du nombre de pages connues dans le moteur de recherche.

Par exemple, la requête (site:myposeo.com) liste les pages indexées du site myposeo.com. Cette commande peut être utile lors de la création d'un site pour suivre l'indexation.

 

commande site:

 

Remarque : le premier résultat qui s'affiche dans le moteur de recherche concerne Google Webmaster Tool. Avoir un compte GWT permet d'analyser le référencement dans Google et d'obtenir un certain nombre d'informations pour améliorer le référencement. Une petite publicité pour les outils de Google !

 

2- La commande "allintitle:"

La commande "allintitle" permet d'obtenir toutes les pages qui contiennent le mot-clé dans la balise title.  La recherche se fait uniquement dans les titres des pages. Dans l'exemple ci-dessous, la commande renvoie toutes les pages web ayant le mot "myposeo" dans la balise title, c'est à dire 1060 pages.

 

commande allintitle:

 

3- La commande "allinurl:"

Cette commande permet de limiter la recherche à l'URL des pages HTML. allinurl:myposeo renvoie toutes les pages ayant le mot-clé "myposeo" dans l'URL.

 

commande allinurl:

 

4- Insérer les guillemets ""

Les guillemets permettent d'effectuer une recherche sur les termes exactes composant la requête. Seules les pages portant l'expression (dans l'ordre) entre guillemets remonteront.

Cette commande permet aussi de détecter du contenu dupliqué. En insérant une phrase complète dans les guillemets, les sites ayant déjà utilisés la même phrase s'afficheront. Cette commande permet également de trouver des sites en rapport avec votre domaine et donc souvent des concurrents.

 

5- Insérer le signe moins -

Cette commande élimine un terme ou un domaine de la recherche. Par example, la requête : "voyage train -avion -voiture" affiche les résultats avec les mots "voyage" et "train" mais exclue toutes les pages qui parlent d'avion et de voiture.

 

commande -

 

Remarque: Le - est précédé d'un espace. Si ce n'est pas le cas, les termes sont alors liés.

 

Le moteur de recherche Google est flexible puisqu'il propose de nombreuses autres commandes qui vont permettre d'affiner les recherches et obtenir un nombre important d'informations sur un site ou ses concurrents. Grâce aux résultats obtenus, les webmasters peuvent par exemple trouver de bonnes sources pour le netlinking afin d'améliorer les positions de leurs sites.

A vous d'analyser dans les moindres recoins votre site internet dans le moteur de recherche !

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 14:50
Video: Microsoft veut utiliser des drones afin de prévoir et d’éviter les épidémies

Les drones et les moustiques ont plusieurs points communs. Tous deux tournent dans les airs et vous agacent mais ils peuvent aussi transporter du sang. Mais tandis que les moustiques transmettent des maladies, les drones pourraient être utilisés contre les épidémies. C’est en tous cas ce que pense Microsoft pour qui les engins volants sans pilote pourraient aider les scientifiques à en savoir davantage sur la manière dont se propagent les épidémies, écrit le magazine Quartz.

 

Les scientifiques du « Project Premonition » a pour objectif de détecter et d’attraper les moustiques à l’aide de drones. Les chercheurs analyseraient ensuite des échantillons de sang des insectes pour déterminer s’ils sont porteurs de maladies d’animaux qu’ils ont mordus. De cette manière, les scientifiques seraient en mesure de savoir quelles maladies circulent à l’état sauvage et pourraient atténuer le risque d’épidémie. A l’heure actuelle, il est difficile d’obtenir manuellement ce type de données à partir d’animaux qui vivent dans des zones inhospitalières. Les drones pourraient par contre y parvenir.

 

« Le moustique est l’insecte le plus dangereux de la planète car il est porteur d’énormément d’agents pathogènes. Ce que nous souhaitons faire est d’arriver à attraper les moustiques de manière efficace, à grande échelle et à un faible coût », a expliqué Ethan Jackson, un des responsables du projet de Microsoft.

 

Le Project Premonition consisterait en un réseau de drones de petite taille, destinés aux zones sauvages, qui assisteraient les agents de sécurité afin de lutter efficacement contre la propagation rapide des maladies. Pour cela, un accord des autorités de l’aviation serait bien entendu nécessaire.

 

Microsoft ne construira pas ses propres drones comme le font déjà Google et Amazon mais adapterait des engins disponibles sur le marché pour qu’ils fonctionnent de manière autonome. Ce projet devrait être fonctionnel en 2020. Selon James Pipas, professeur de l’Université de Pittsburg qui participe également au projet, les scientifiques aimeraient concevoir un système global afin de détecter les nouveaux agents infectieux et de monitorer leurs mouvements.

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 13:58
Une lampe qui fonctionne sans électricité, sans batteries et sans lumière solaire

La Fondation GravityLight, une organisation de bienfaisance du Royaume-Uni, a élaboré un projet qui consiste en une lampe qui n’a besoin d’aucune source d’énergie traditionnelle pour générer de la lumière, rapporte RT News qui cite le site de financement participatif Indiegogo. GravityLight 2 est une lampe qui fonctionne à partir de la gravité.

 

Cette lampe pourrait constituer une solution ingénieuse pour des milliers de personnes qui vivent dans la pauvreté, sans électricité et qui utilisent des lampes à kérosène, particulièrement dangereuses pour la santé, notamment à cause de la quantité de substances cancérigènes qu’elles libèrent.

 

« GravityLight élimine les émissions de dioxyde de carbone que les lampes à pétrole produisent », expliquent les concepteurs sur Indiegogo.

 

Les responsables du projet expliquent que GravityLight 2 fonctionne à l’aide d’un poids et d’un système de cordes qui génère de l’énergie cinétique. L’utilisateur doit seulement tirer l’une des cordes vers le bas. Grâce à la gravité, le poids commence ensuite à descendre lentement et à produire de l’énergie cinétique pour l’émission de lumière. Lors de la descente, chaque cycle d’énergie dure entre 20 et 30 minutes.

 

L’utilisation de GravityLights 2 est principalement destinée aux familles des pays en voie de développement qui n’ont pas accès à l’électricité. Ses concepteurs indiquent également que ce projet pourra créer davantage d’emplois au niveau local pour la production de cette lampe. En 2014, une première version de cette lampe avait été testée avec succès dans plus de 1.300 familles qui n’ont pas accès à l’électricité. A l’époque, plus de 90% des participants avaient expliqué que cette lampe avait définitivement remplacé leur lampe à pétrole.

 

Si l’organisation réussit à obtenir les fonds nécessaires pour sa production en masse, GravityLight 2 devrait être fabriquée au Kenya pour les familles hors-réseau électrique.

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 13:52
5 inventions chimiques qui ont changé le monde

Dans The Guardian, Mark Lorch a rassemblé cinq découvertes chimiques qui ont changé le monde et la vie des personnes. La chimie a tendance à être négligée par rapport aux autres sciences mais sans elle, nous n’aurions pas accès à de nombreuses choses dont nous disposons aujourd’hui, écrit l’auteur.

 

1. La pénicilline

La pénicilline a certainement sauvé des vies. Sans elle, une piqûre d’épine ou un mal de gorge serait fatals. En 1928, Alexander Fleming l’a découverte en observant comment des staphylocoques sur ses boîtes de Petri ne poussaient pas grâce à une substance qu’il nommeraplus tard pénicilline. Cette substance avait pu supprimer la croissance des bactéries. Cependant, Fleming n’a pas réussi à extraire une pénicilline qui soit utilisable. En 1939, une pharmacologue australien, Howard Florey, et son équipe de chimistes ont trouvé un moyen de purifier la pénicilline. Mais à cause de la Seconde Guerre mondiale, le matériel scientifique manquait. L’équipe a donc construit une usine de production de pénicilline à l’aide de baignoires, de cartons de laits et d’étagères. La production massive de pénicilline n’a commencé qu’en 1944.

 

2. Le procédé Haber-Bosch

L’azote joue un rôle essentiel dans la biochimie des êtres vivants. C’est également le gaz le plus courant de notre atmosphère. Toutefois, il ne réagit pas avec beaucoup de choses et les plantes et les animaux ne peuvent pas l’extraire de l’air. Par conséquent, un facteur qui limitait l’agriculture était la disponibilité d’azote. En 1910, les chimistes allemands Fritz Haber et Carl Bosch ont changé la donne lorsqu’ils ont combiné l’azote atmosphérique et l’hydrogène pour le convertir en ammoniac. Ce dernier a pu ensuite être utilisé dans les cultures comme engrais. De nos jours, environ 80% de l’azote de notre corps est issu du procédé Haber-Bosch.

 

3 Le polyéthylène

Vous l’avez certainement utilisé à un moment donné. La plupart des objets plastiques courants sont des formes de polyéthylène : des conduites d’eau aux emballages alimentaires en passant par les casques. Les 80 millions de tonnes de ce produit fabriquées mondialement chaque année se doivent à des découvertes accidentelles. En 1898, le chimiste allemand Hans von Pechmann, alors qu’il menait des recherches dans un tout autre domaine, a découvert une substance cireuse sur la partie inférieure de ses tubes. Avec ses collègues, ils ont constaté que ce composé chimique était fait de longues chaînes moléculaires qu’ils ont nommées polyméthylène.

 

En 1933, une méthode totalement différente pour produire du plastique a été découverte par une entreprise chimique. Alors que des scientifiques travaillaient sur des réactions à haute pression, ils ont remarqué la présence de la même substance cireuse. Au début, ils n’ont pas pu reproduire l’effet jusqu’au moment où ils ont remarqué que l’oxygène de la réaction initiale s’était échappé dans le système. Cette découverte fortuite s’est ensuite convertie en méthode pratique pour produire de plastique.

 

4. La pilule contraceptive et l’igname mexicaine

Dans les années 30, les médecins ont découvert le potentiel des thérapies hormonales pour le traitement des problèmes hormonaux, des troubles menstruels et pour la contraception. Mais la recherche était freinée par la lenteur et l’inefficacité des méthodes de synthèse d'hormones. A cette époque, la progestérone coûtait l’équivalant de 1.000 dollars le gramme. Cependant, Russel Marker, un professeur de chimie organique, a réussi à réduire les coûts de production de la progestérone à l’aide d’un raccourci pour la voie de synthèse. Marker s’est mis à chercher des plantes avec des molécules similaires à la progestérone et a découvert l’igname mexicaine. A partir de ce tubercule, il a isolé un composé en une seule étape afin de convertir la progestérone en pilule contraceptive.

 

5. Les écrans plats

Les plans pour construire des écrans plats de couleur remontent aux années 60. A l’époque, le ministère de la Défense britannique a décidé qu’il fallait des écrans plats pour remplacer les tubes à rayons cathodiques encombrants et coûteux des véhicules militaires. Une technique à base de cristaux liquides a été choisie. On savait déjà qu’il était possible de fabriquer des écrans à cristaux liquides (LCD) mais le problème était qu’ils ne fonctionnaient qu¿à des températures trop élevées.

En 1970, les autorités britanniques ont demandé à George Gray de l’université de Hull de construire un système pour faire fonctionner les écrans LCD à des températures plus supportables. Gray a découvert une molécule appelée 5CB et les appareils avec écrans LCD à la fin des années 70 en ont été équipés. Aujourd’hui, cette molécule est encore présente dans les montres bon marché et dans les calculatrices. Les dérivés de la molécule 5CB permettent à vos téléphones, vos ordinateurs et vos téléviseurs de fonctionner.

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 14:37
Facebook Messenger, l'appli qui vous suit à la trace

Soucieux du respect de la vie privée et déterminé à dénoncer les abus de Facebook en la matière, un étudiant a développé une application pour prouver à quel point Messenger enregistre le moindre de nos mouvements...

Aran Khanna, étudiant de la prestigieuse université d'Harvard, a mis au point l'extension Marauder's Map dans l'unique but d'appuyer sa thèse: Facebook nous suit à la trace! Facebook Messenger géolocalise en effet chaque message envoyé. Dès lors, une fois compilées, l'accumulation de ces données permet de retracer l'itinéraire et donc les moindres déplacements de l'utilisateur... à son insu.

Aran Khanna a lui-même confié son étonnement face à la précision de la géolocalisation: "Il est facile de localiser l'utilisateur au mètre près", déclare-t-il. L'historique des conversations permet en effet d'obtenir tout à fait légalement un grand nombre d'informations sur un membre du réseau social, même si ce dernier ne fait pas partie de sa liste de contacts.

Aran Khanna a ainsi démontré, via son extension Chrome, qu'en exploitant les métadonnées de messages publics d'utilisateurs inconnus (dans des discussions de groupe, par exemples), on pouvait reconstituer avec plus ou moins de précision les déplacements de l'utilisateur.

Preuve du sérieux des accusations, Facebook a annoncé sa volonté de corriger le tir dans les plus brefs délais et des améliorations auraient déjà été apportées sur la version bureau, selon le développeur, mais pas sur la version mobile, de loin la plus concernée par le problème.

Le nom de l'extension s'inspire évidemment de la célèbre Carte du Maraudeur capable d'observer à distance les déplacements d'un tiers dans les aventures d'Harry Potter.

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Technologies & Sciences
commenter cet article

Présentation

  • : nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • : Un petit peu de tout pour se divertir sur le Web: Insolites, Humour et Vidéos drôles, Buzz, Actualité, Sport, Infos TV, Jeux...
  • Contact

Devenez Fan

Recherche

La vie est comme une bicyclette. Pour garder l'équilibre, il faut avancer

Fahrrad107.gif

Blume303.gif

 

Le plus grand secret du bonheur, c'est d'être bien avec soi

Beaucoup d’inventions ont été faites récemment. Mais pas une ne sera mieux que concevoir un enfant.

 

Baby203.gif