Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 07:49

esclave_sexuelle.jpg

 

A 7 ans, elle a été obligée d'assister aux relations sexuelles de sa maman. A 11 ans, elle a été violée à deux reprises par son beau-père. A 14 ans, elle a participé à une orgie sexuelle avec sa maman et ce même beau-père. C'est le témoignage bouleversant de la dénommée Annabelle Forest (elle a choisi ce nom) d'après son expérience personnelle dans l'obscure secte sexuelle Kidwelly (au Pays de Galles) et ses rituels sataniques. Colin B. et Jacqueline M, les deux bourreaux qui ont fondé cette secte, ont respectivement écopé d'une peine de prison de 11 et 12 ans en 2011, rappelle le "Daily Mail".

 

Les mots ne sont pas assez forts pour résumer le calvaire vécu par Annabelle Forest.

Pas de pardon
"Rien ne peut me faire autant de mal que ma maman et cet homme. Je ne pardonnerai jamais ça à ma mère", raconte Annabelle Forest dans son livre.

Ses parents disent avoir trouvé leur inspiration dans "The Book of the Law" ("Le Livre de la loi") écrit par Aleister Crowley. Et la théorie selon laquelle les enfants étaient envoyés par Dieu pour avoir des relations sexuelles perverses avec les autres membres de la secte.

"L'école en journée, esclave sexuelle la nuit"
"J'avais 11 ans quand j'ai été violée pour la première fois. Le pire est qu'on m'a fait croire que c'était ce que je voulais vraiment faire. J'ai eu tellement mal mais ils m'ont raconté que c'était mon chemin. Sinon, j'irais tout droit en enfer. Ils savaient comment faire pour me manipuler. Surtout Colin. On n'osait même pas le regarder dans les yeux. Tout le monde devait faire ce qu'il disait. Il me demandait souvent si j'aimais bien avoir eu de relations sexuelles avec lui. J'étais obligée de répondre oui, sinon il pouvait me tuer. J'allais à l'école le jour et j'étais une esclave sexuelle la nuit. A un moment donné, j'ai même pensé à me suicider."

A 17 ans, Annabelle Forest est tombée enceinte. Une nuit, elle en a profité pour s'échapper de cette secte avec son enfant. Elle a pu revoir ses bourreaux durant le procès.

"La vie continue"
"Je voulais les entendre une dernière fois et avouer qu'ils étaient coupables dans cette affaire. Mais ils ne l'ont pas fait. Ils ont préféré dire que c'était ma faute. Je n'arrive pas à croire à la manière dont ils m'ont traité pendant toutes ces années, surtout depuis que je suis devenue maman. Mais je ne vais pas sombrer dans la dépression. La vie continue. Je ne veux juste plus jamais les revoir."

Annabelle Forest a raconté cette terrible histoire dans un livre intitulé "The Devil on The Doorstep: My Escape from a Satanic Sex Cult."

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 15:59

Difficile de considérer Joe, originaire de Boston, comme un sans-abri. Pourtant, cet homme de 26 ans vit bel et bien dans les rues de New York. Son passe-temps favori? Séduire et coucher avec une femme différente (quasiment) chaque jour, ce qui lui permet par la même occasion de prendre une bonne douche et de dormir au chaud sur un matelas confortable.

"Mon secret? J'essaye de faire toujours attention à mon look et de ne pas apparaître comme un minable. J'entre dans un supermarché et je me mets du déo. Je prends un tube de gel, je me regarde dans le miroir et je m'en mets dans les cheveux. Je bois une canette de Red Bull et je m'en vais dans les rues", avoue notamment Joe dans la vidéo postée ci-dessus.

"Elles pensent que je suis ivre"
En général, les femmes séduites par Joe ne connaissent pas sa situation précaire. "Elles pensent que je suis ivre ou que je passe simplement sur le trottoir", ajoute-t-il.

Joe possède quatre tenues vestimentaires différentes. En moyenne chaque jour, il arrive à récolter 150 dollars en mendiant dans les rues de New York, ce qui lui permet de prendre soin de lui afin de charmer un maximum de femmes. Généreux, il consacre une partie de cette somme à d'autres sans-abris.

"Ma vie n'est pas chouette"
"J'ai remarqué que les gens étaient plus généreux avec un mendiant qui essaye de faire attention à son apparence", précise encore cet homme de 26 ans.

Mais comment s'est-il retrouvé dans cette situation? "Ma mère m'a jeté hors de la maison quand elle a découvert que je fumais de l'herbe. Ma vie n'est pas chouette. Je la déconseille à tout le monde. Mais quand je vois les milliers de sans-abris à New York, je m'en sors pas mal", conclut Joe.

 

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 17:22

On a beau connaître cette personne et la fréquenter depuis une dizaine d'années, on ressent comme un malaise auprès d'elle. Il arrive que l'on s'entoure sans le savoir de relations négatives qui nous empoisonnent la vie à petit feu. Peur de l'échec, d'être rejeté, jugé. Les raisons sous-jacentes à cette "mauvaise fréquentation" sont multiples et souvent inconscientes. Apprendre à identifier cette relation toxique peut nous épargner du stress inutile. On fait le test !

 

couple-dispute.jpg

 

Cette personne est-elle bienveillante envers moi ? Me fait-elle du bien ou au contraire nuit-elle à mon équilibre ? Pour le savoir, faites le bilan de toxicité relationnelle en répondant aux questions qui suivent. Si vous répondez oui à au moins un tiers d'entre elles, c'est que vous êtes probablement prisonnière d'une relation toxique. Vous savez alors ce qu'il vous reste à faire : fuir gentiment !


1. Est-ce que la personne vous critique et vous dévalorise en permanence ?


2. Est-ce que la personne vous agresse régulièrement physiquement et verbalement ?


3. Est-ce que cette personne est alcoolique ou droguée et vous met dans des situations où vous vous sentez mal à l'aise, où vous avez peur ou honte ?


4. Est-ce que cette personne est très déprimée et vous met systématiquement à contribution ? Vous sentez-vous responsable ? Vous vous sentez obligé de prendre soin d'elle ?


5. Avez-vous peur que cette personne vous rejette si vous ne faites pas comme elle veut ? Si vous exprimez vos sentiments ?


6. Trouvez-vous que cette relation est abusive et destructive ?


7. Avez-vous peur de blesser cette personne si vous affirmez votre choix de vie ?


8. Avez-vous peur que si cette personne vous connaissait vraiment elle arrêterait de vous aimer ?


9. Avez-vous honte de réussir vis-à-vis de cette personne ?


10. Etes-vous perfectionniste à outrance ?


11. Est-il difficile pour vous de vous détendre ou de passer un bon moment avec cette personne ?


12. Avez-vous des réactions émotionnelles ou physiques intense après avoir passé ou anticipé de passer du temps avec cette personne ?


13. Avez-vous peur d'être en désaccord avec cette personne ?


14. Cette personne utilise-t-elle le chantage affectif et la culpabilité pour vous manipuler ?


15. Cette personne se sert-elle de l'argent pour vous manipuler ?


16. Vous sentez-vous responsable des états d'âme de cette personne ? Si elle ne va pas bien, pensez-vous que c'est de votre faute ?


17. Avez-vous l'impression que, quoi que vous fassiez, ce n'est jamais assez bien pour cette personne ?


18. Entretenez-vous l'espoir qu'un jour cette personne change ?

 

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:12

homme.jpg

 

Selon une enquête britannique, 74% des femmes préfèrent des hommes bien en chair. Elles ne sont pas spécialement attirées par des prétendants à la peau tannée et au corps musclé parce que cela les mettrait face à leurs propres failles. 96% pensent que les hommes au corps entretenu sont "ennuyeux".

Les femmes ne sont pas systématiquement attirées par des corps tannés et musclés. Elles préfèreraient même sortir avec des hommes bedonnants, rapporte une enquête britannique menée pour la sortie du film "Bad Neighbours" avec Zac Efron et Seth Rogen. 74% des femmes choisiraient un homme avec un petit ventre si elles avaient le choix entre un homme musclé et un homme plus enrobé. 96% des sondées pensent d'ailleurs que les hommes obsédés par la salle de gymnastique sont ennuyeux.

En réalité, ce choix s'expliquerait d'un point de vue égocentrique et psychologique, relèvent les médias britanniques. Les femmes n'aiment pas les corps musclés car cela les met face à leurs propres failles. Elles pensent qu'un homme mince et athlétique prendra plus facilement en compte leur manque de discipline et verra plus vite leurs défauts physiques. Elles ajoutent qu'elles seraient plutôt gênées de retirer leurs vêtements face à un homme aux muscles saillants. Une préoccupation essentiellement féminine, selon des experts interrogés par le DailyMail.

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 16:24

Les entrepreneurs devraient penser à qui ils ont envie d'être, comme personne. C'est un patron américain qui le dit.

 

travail.jpg

 

Nos vies sont rarement faites d'absolus. Tout est affaire de degrés, que ce soit notre attention, notre patience ou encore la gamme et l'intensité de nos émotions. Et, en même temps, certaines choses sont des absolus: il vous est impossible d'être tout pour tout le monde; vous ne pouvez pas danser toutes les danses et, au cours de votre vie, vous avez des choix difficiles, des sacrifices et des compromis à faire –et il vous faudra vivre avec, pour le meilleur et pour le pire, pendant très longtemps.

 

Avec le temps, vous devenez la somme des choix que vous avez faits. Ces choix déterminent la personne que nous finissons par être –et la façon dont le monde nous voit et nous estime.

 

Ce que nous devenons n'est pas forcément le produit du hasard ou du destin. Et rien n'est déterminé ni ordonné à l'avance. Tout au long de notre vie, nous sommes des processus inachevés. Il n'y a pas que dans la vie des produits que les versions se succèdent, c'est aussi une stratégie à mettre en œuvre pour bien vivre la nôtre. Il nous est possible de moduler et de modifier nos objectifs pour les faire correspondre à nos désirs, à condition que de le faire avec soin –consciemment, activement et invariablement.

 

Toutes les bonnes choses que tout le monde espère ne surviennent pas par magie: il faut y faire attention, et faire en sorte qu'elles se produisent.

 

Déterminer ses objectifs.

 

Mettre les choses en perspective.

 

Et garder la mesure.

 

Au début d'une carrière, le choix le plus essentiel que vous aurez à faire est de savoir précisément quel genre de personne vous voulez être.

 

A l'heure actuelle, les bourreaux de travail semblent revenir à la mode. Mais pour certains, cette figure a toujours été d'actualité. Aujourd’hui, quasiment tout le monde veut devenir entrepreneur, créer son entreprise, et toucher le gros lot du jour au lendemain. Mais ce n'est qu'une partie de l'histoire. Au final, l'important n'est pas de faire de l'argent, mais de faire la différence. Et il ne s'agit pas seulement de gagner sa vie, mais de la concevoir, la fabriquer. La personne que vous deviendrez aura un rôle énorme à jouer dans la vie que vous construirez, que ce soit dans votre travail ou à l'extérieur.

 

Dans l'effervescence du monde et du travail, il est essentiel de ne pas perdre de vue vos objectifs, de ne pas oublier de mettre les choses en perspective et de toujours garder la mesure –ou sinon, ce que vous risquez de perdre en cours de route, c'est vous. Votre entreprise et votre travail seront toujours les choses que vous ferez. Mais ces choses ne seront jamais ce que vous êtes. Dès le départ, il est fondamental de ne pas confondre ni de mélanger les deux.

 

Et c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. De nos jours, trop de gens vouent un culte à leur travail, transforment leurs loisirs en travail (la forme, la forme, la forme) et consacrent leur temps libre à ce qu'ils estiment le moins dans leur vie. Où trouver de l'âme, de la valeur dans tout ça? Et (en partant du principe que l'objectif soit désirable) comment garder la main sur notre existence, comme ne pas se laisser submerger?

 

Pour gérer le flot constant d'informations pertinentes, d'intuitions hasardeuses et de bavardages inutiles qui ne cesse de nous assaillir et entrave notre capacité à passer des journées réussies, il nous faut donc un nouveau plan.

Aujourd'hui, la noyade est facile –dans les données, les documents, les délibérations et les débats sans fin. Nous avons besoin de nouvelles compétences pour gérer à la fois les données et les gens qui constituent nos vies. Le processus est comparable à celui qui régit la salle de triage d'un service d'urgences. Mais les variables à faire entrer dans l'équation sont aussi nombreuses que diverses. 

 

Au travail, nous avons tendance à nous concentrer automatiquement sur les flammes les plus hautes, sur les incendies qui nous semblent les plus dangereux. Nous laissons notre attention se porter sur les crises les plus récentes, plutôt que de garder notre sang-froid et de nous consacrer aux choses les plus essentielles et les plus signifiantes.

 

L'attention est une matière aussi glissante que le mercure, et tout aussi fluctuante. Si personne ne fait attention aux choses qui comptent réellement, l'indifférence s'installe. Dès que vous cessez de vous consacrer aux personnes qui, dans votre entreprise, sont les plus importantes, elles cessent alors de faire attention à vous et de faire attention à votre entreprise: elles iront autre part, voir quelqu'un qui se consacrera à elles, qui leur accordera de l'importance. Ce n'est qu'une question de temps.

 

Mais il ne s'agit ici que de la partie professionnelle de l'équation. Et à mesure que se multiplient les données physiques, mentales et émotionnelles que nous avons à absorber chaque jour, il n'est que trop facile d'appliquer à nos amis et nos familles les mêmes formules, les mêmes systèmes et les mêmes programmes que nous utilisons au travail. Et c'est là que les choses peuvent tourner mal, très mal et très vite.

 

Pourquoi? Parce que les décisions humaines que nous avons quotidiennement à prendre ne sont pas des objets mathématiques ou les éléments de protocoles ou de procédures standardisés –il s'agit de choix portant sur des personnes, sur des sentiments, sur des relations. Ces préoccupations sont fondamentalement différentes, non-mécaniques et bien plus complexes. Les gens ne sont pas des produits, des positions ou des politiques –ce sont nos collègues, nos amis, les membres de notre famille. Et aucune formule fixe ne peut régir leur bon fonctionnement. 

 

A nous donc de savoir ce qui est réellement important dans ces relations interpersonnelles, à la fois à court et long terme, mais aussi de leur consacrer autant d'ardeur et d'énergie que ce que nous sommes susceptibles de déployer pour notre travail et les problèmes que nous pouvons y rencontrer.

 

Que les journées seront toujours trop courtes, il en va d'un principe (et d'un principe immuable): nous ne pourrons jamais être partout à la fois (avant, peut-être, que le clonage nous vienne en aide) et il sera toujours plus facile de trouver des excuses que de trouver du temps pour gérer ce problème. 

 

Mais voici ce qu'il faut retenir: votre famille (si vous en avez une) sera une extension toujours plus importante de votre être que ne pourra l'être n'importe quel emploi. Vous aurez toujours du travail à faire, mais vous n'aurez jamais qu'une seule famille. Et, croyez-moi, les amis véritables, eux aussi, ne courent pas les rues. Les amis sont la famille que vous vous choisissez –ils sont difficiles à trouver, encore plus difficiles à quitter, et impossibles à oublier. Dès lors, quand vous vous ferez des amis, prévoyez de les garder. Ils sont un investissement des plus importants.

 

Prenez donc cinq minutes pour savoir comment vous aimeriez que les choses soient quand, dans cinquante ans, vous poserez un regard rétrospectif sur ce que vous avez accompli, sur votre famille, sur ce que vous avez construit. Toutes ces choses sont là, devant vous. Et tout est possible: au final, dans ces choses, l'important c'est ce que vous en faites.

 

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:31

 couple-copie-1.jpg

 

Adriana a 39 ans. Cette Brésilienne est en couple avec Leandro, 37 ans, depuis sept ans et ils ont une fille de six ans. Ils n'ont jamais connu leur mère et ont passé des années à tenter de la retrouver. Cette épreuve, d'ailleurs, les a immanquablement soudés. Tous les deux ont été abandonnés quand ils étaient bébés.

Adriana a été élevée par son père quand sa mère les a abandonnés lorsqu'elle avait un an. Leandro, lui, a été éduqué par sa belle-mère. Il avait huit ans quand sa mère a quitté le domicile conjugal.

Adriana a été mariée pendant quinze ans et a eu trois enfants avant de rencontrer Leandro. Ils sont tombés amoureux l'un de l'autre et ont rapidement emménagés ensemble.

Adriana, toujours à la recherche de sa mère, a récemment lancé un appel sur une station radio de la ville de Sao Paulo. Enfin, ses efforts et sa patience ont été récompensés. Adriana a cependant appris une nouvelle plutôt choquante: sa mère lui a annoncé qu'elle avait eu un autre enfant, un fils, prénommé Leandro.

Adriana a compris tout de suite: sans le savoir, elle est amoureuse de son propre frère. "J'ai peur de rentrer chez moi et de découvrir que Leandro ne veut plus de moi. Je l'aime tellement", a-t-elle confié à Radio Globo avant d'aller annoncer la nouvelle à son partenaire.

Au final, le couple a décidé de rester ensemble: "Seule la mort nous séparera. Tout cela est arrivé parce que Dieu voulait que ça se produise. Bien sûr, ça aurait été différent si nous avions su tout cela avant mais nous sommes tombés amoureux. Notre famille est d'accord avec nous. Nous avons tellement de projets ensemble. Rien ne va nous séparer, rien."

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 20:49

couple.jpg

 

Comment faire perdurer une relation? Selon le Docteur Alexandra Solomon, psychologue à l'Université du Northwestern, il suffit de se poser une question.

 

"Plus nous sommes exposés à une chose dans notre environnement, plus notre réaction à cette chose diminue", explique-t-elle au Huffington Post.

"La première fois que vous entendez une chanson, par exemple, vous pourrez avoir une forte réaction émotionnelle à son écoute. A la 500e fois, ce n'est plus la même réaction. C'est pareil dans nos relations amoureuses."

Pour elle, il faut donc se poser une question pour traverser le temps: "Qu'est-ce que ça fait d'être dans une relation avec moi maintenant?" Plutôt que d'étudier l'autre sous tous les angles et de se demander s'il répond à nos attentes, demandons-nous ce que nous lui apportons. "Quel type d'énergie est-ce que j'apporte dans cette relation pour le moment? Sous quel angle je me montre actuellement?"

De cette manière, vous pourrez vous rapprocher de votre partenaire et essayez, ensemble, de renforcer votre amour.

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 12:51

mari_frustre.jpg

 

Un mari frustré a publié la liste des excuses que sa femme lui a données pour ne pas faire l’amour, sous forme de tableau Excel.

 

Dans ce tableau, l’homme a dressé trois colonnes. Une avec la date de sa tentative, une autre avec la réponse de sa femme et une dernière avec l’excuse donnée en cas de refus.

 

"Mon mari m'a envoyé un e-mail immature tandis que je me rendais à l'aéroport pour un voyage d'affaires de dix jours", a confié la femme, blessée dans son orgueil, sur le site Reddit. "C'est une diatribe sarcastique qui me fait dire qu'il ne va pas me manquer pendant les dix jours où je serai partie."

L'homme a estimé avoir fait 27 tentatives en sept semaines envers sa femme, qui l'a envoyé sur les roses 24 fois.

L'épouse en panne de libido a trouvé, notamment et selon son mari, les excuses suivantes:


- "J'ai transpiré, j'ai besoin d'une douche." (Elle n'a pas pris de douche avant le lendemain matin.)
- "Je suis épuisée."
- "J'essaie de regarder le film" (Elle est tombée endormie 15 minutes plus tard.)
- "J'ai trop bu et trop mangé."
- "Je dois me lever tôt."
- "Tu as trop bu."

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:31

infidele.jpg

 

Selon une nouvelle enquête du site de rencontres incitant aux relations extraconjugales Victoria Milan, les infidèles le sont à cause de soucis dans leur relation. Jusque là, rien d'étonnant. Mais il semblerait que les problèmes qui poussent à l'adultère soient le plus souvent provoqués par des facteurs externes au couple.

6.500 personnes pointent ainsi la belle-famille comme source de conflits et donc d'infidélité. Si on va voir ailleurs, c'est majoritairement à cause de belle-maman, trop intrusive. En tout cas, c'est le cas pour 26% des infidèles.

18% trompent leur conjoint parce qu'il est trop souvent absent à cause de son travail. Parmi les raisons invoquées, on cite également les amis qui ont une mauvaise influence, la religion (quand l'un est plus investi que l'autre), la crise économique ou encore les différends politiques. En dixième et dernière position, on trouve aussi la nounou ou le jardinier sexy, tentateurs auxquels 2% des gens ont du mal à résister.

Pour Sigurd Vedal, fondateur de Victoria Milan, "toute relation, au-delà de la période de lune de miel, est sujette à un contrôle, à des tentations et des jugements ainsi qu'à la dure réalité de la vie. Aucune romance n'échappe à ces facteurs extérieurs." Il rappelle que les problèmes internes (comme les problèmes rencontrés sous la couette par exemple) se règlent à deux. "Les problèmes extérieurs - comme le fameux problème de la belle-mère - sont ouverts à une toute nouvelle gamme de facteurs et sont donc plus nocifs - même pour les relations les plus solides".

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Relations
commenter cet article

Présentation

  • : nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • : Un petit peu de tout pour se divertir sur le Web: Insolites, Humour et Vidéos drôles, Buzz, Actualité, Sport, Infos TV, Jeux...
  • Contact

Devenez Fan

Recherche

La vie est comme une bicyclette. Pour garder l'équilibre, il faut avancer

Fahrrad107.gif

Blume303.gif

 

Le plus grand secret du bonheur, c'est d'être bien avec soi

Beaucoup d’inventions ont été faites récemment. Mais pas une ne sera mieux que concevoir un enfant.

 

Baby203.gif