Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 13:39
7 produits dopants autorisés au travail

La vie active est parfois épuisante. Pas étonnant donc que certains employés ne puissent plus s’en sortir sans l’aide de substances stimulantes. Un certain nombre d’entre elles sont inoffensives, mais d’autres le sont nettement moins… Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elles sont illégales : à côté de la cocaïne etc., il existe beaucoup d’autres substances autorisées par les employeurs. Voici 7 exemples…

 

1. Le café

Une sévère addiction pour beaucoup de bourreaux de travail. Le produit est très facile d’accès, puisque beaucoup d’employeurs mettent gratuitement la boisson à disposition. Dans le meilleur des cas, le café est bon et dynamisant. Mais il n’est pas tout à fait inoffensif. Ainsi, consommé à hautes doses, il peut endommager votre foie et augmenter votre tension artérielle. Ne buvez donc jamais plus de huit tasses par jour !

 

2. Les boissons énergétiques

Une autre grande source de caféine : les boissons énergisantes de type Red Bull, Burn, Monster, Nalu… La plupart d’entre elles contiennent également de la taurine. La taurine, déjà présente naturellement dans le corps humain, libère une impression d’énergie. Ici aussi, mieux vaut tout de même faire attention. En boire fait disparaître la sensation de soif, le risque de déshydratation est donc réel. Le maximum : 2 cannettes par jour.

 

3. Les cigarettes

On ne peut plus fumer au bureau bien sûr, mais la plupart des entreprises accordent des pauses cigarette à leurs employés. Il est prouvé que les cigarettes apaisent, stimulent, libèrent de l’adrénaline et augmentent la concentration et la mémoire. Il est aussi prouvé que la nicotine est extrêmement nocive pour la santé et que fumer tue plus de 5 millions de personnes chaque année.

 

4. Le chocolat

Le chocolat contient beaucoup de magnésium, très efficace contre les coups de fatigue, le stress et l’anxiété. Il est en plus excellent pour le moral. Malheureusement, en consommer trop peut faire mal à l’estomac (sans oublier que c'est mauvais pour la ligne).

 

5. Le ginseng

Les Chinois vantent depuis des siècles les vertus de cette racine. Le ginseng asiatique (Panax ginseng) est censé tonifier l'organisme des personnes fatiguées ou affaiblies, rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle. On trouve le ginseng dans certains compléments alimentaires.

 

6. Le guarana

Le guarana est une plante d’Amazonie dont les graines pilées et compressées en pilules de type complément alimentaire auraient des vertus énergisantes. Il s’agit de la plante contenant le plus haut taux de caféine au monde. Ses graines contiennent en effet 4,5 g de caféine par 100 g. De ce fait, sa consommation à haute dose est également néfaste.

 

7. Les fruits

Le choix le plus sain en termes de « produit dopant »  au travail reste un fruit frais, source naturelle de vitamines. Kiwi, mangue, orange et fruits rouges contiennent de la vitamine C. Les fruits rouges et les abricots sont également riches en provitamine A. On trouve la vitamine B dans les noix, le cassis et les raisins. Le cassis et les noix sont également une source de vitamine E. Si vous ne comptez que sur ces énergisants naturels pour vous rebooster au bureau, votre santé ne craint rien.

 

references.be

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:58
Les 5 regrets professionnels les plus fréquents

Mener une carrière, c'est aussi prendre des décisions. Parfois ce sont les bonnes, mais parfois on les regrette amèrement. Une carrière sans erreur ou déception n'existe pas, mais que changeriez-vous, si vous pouviez retourner en arrière ?

 

Le Harvard Business Review a mené une enquête informelle sur les regrets professionnels les plus fréquents. Pour cela, Daniel Gulati a interrogé 30 personnes entre 28 et 58 ans à propos de ce qu'elles regrettent le plus dans leur carrière.

 

1. Je regrette d'avoir accepté le job pour l’argent

De loin, le regret le plus souvent émis était d’avoir choisi un travail bien payé plutôt qu’un travail épanouissant.

 

2. Je regrette de ne pas avoir démissionné plus tôt

Presque tous ceux qui ont quitté leur travail pour poursuivre leurs rêves et passions auraient voulu avoir le courage de le faire plus tôt.

 

3. Je regrette de ne pas avoir osé lancer ma propre affaire

70 % des travailleurs espèrent que leur job actuel va les aider à lancer leur propre affaire plus tard, mais seulement 15 % ont dit avoir ce qu'il fallait pour se lancer vraiment.

 

4. Je regrette de ne pas avoir été plus productif à l’école

Bien que de plus en plus de personnes fassent des études, beaucoup d'interrogés regrettent de ne pas avoir fait plus attention à profiter de leurs années d'études pour trouver un premier emploi vraiment satisfaisant.

5. Je regrette de ne pas avoir suivi mes intuitions

Plusieurs interrogés regrettent de ne pas s'être lancés lors de moments décisifs, que Daniel Gulati appelle "now-or-never moments". Alors que s'ils avaient suivi leur instinct, ils auraient sauté sur l'opportunité, même si l'offre semblait risquée.

 

On regrette plus son éducation que ses amours

Par ailleurs, une étude américaine de Neal Roese de la Kelogg School of Management a établit un classement des choses que les gens regrettent le plus dans leur vie. Avant leurs choix de carrière, ce sont leurs choix durant leurs études que les gens déplorent davantage.

 

1

Éducation

32 %

2

Carrière

22 %

3

Vie amoureuse

15 %

4

Parentalité

10 %

5

Soi-même

5,47 %

6

Loisirs

2,55 %

 

D’après le chercheur, la raison pour laquelle les études sont la partie la plus regrettée, c’est parce qu’elles correspondent à une période qui offre des opportunités infinies, et que beaucoup d’opportunités amènent toujours des regrets.

 

Derniers regrets

Comme nous en avons déjà parlé ici, le fait d’avoir trop travaillé est le deuxième regret le plus souvent émis sur son lit de mort, d’après l’infirmière en soins palliatifs Bronnie Ware. Voici le classement complet des choses que l’on regrette le plus souvent sur son lit de mort :

 

1

Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma propre vie, au lieu de celle que les autres voulaient pour moi

 

2

Je regrette d’avoir tellement travaillé et ne pas avoir passé plus de temps avec ma famille

 

3

Je regrette de ne pas avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments

 

4

Je regrette d’avoir perdu le contact avec mes amis

 

5

Je regrette de m’être empêché d’être plus heureux

 

Espérons que connaître les regrets des autres nous incitera à en avoir le moins possible quand ce sera notre tour !

 

references.be

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 14:37
10 informations à retirer de votre CV

Un CV percutant ne doit comporter que les informations les plus essentielles à votre propos. Celles-ci doivent ressortir clairement et ne pas être noyées dans une foule de détails connexes, qui n’ont pas un rapport direct avec le poste que vous briguez. Voici 10 informations que vous devriez retirer de votre CV.

 

1. Votre parcours scolaire avant l’université

Bien sûr, si vous n’avez pas fait d’études supérieures, il est utile de mentionner le parcours que vous avez suivi en humanités. En revanche, si vous avez un diplôme d’études supérieures, vous pouvez sauter cette étape. Le recruteur ne se focalisera en effet que sur votre dernier diplôme.

 

2. Vos grades

Si l’entreprise n’en formule pas explicitement la demande, il n’y a aucune raison de mentionner les grades que vous avez obtenus au cours de vos études, a fortiori si vous êtes dans la vie active depuis longtemps. Votre expérience est plus pertinente que vos réussites théoriques à l’école.

 

3. Votre photo

À moins de postuler pour devenir mannequin, actrice ou Miss Belgique, les photos devraient en général être absentes des CV. Beaucoup de recruteurs n'apprécient pas recevoir des CV avec photo : cela peut donner une mauvaise impression, en plus de placer le recruteur dans une position délicate car il est interdit de discriminer le candidat sur son physique. Sauf si l’employeur le demande spécifiquement, votre visage n’a donc rien à faire sur votre CV.

 

4. Des jobs de courte durée

Si vous avez fait plusieurs petits boulots pendant une période relativement courte, il n’est pas forcément pertinent de les mentionner. Une accumulation de jobs dans ce genre peut donner l’impression que votre CV est décousu et que vous ne parvenez pas à mener votre barque vers un objectif bien précis. Vous pouvez faire une exception pour des jobs dans des entreprises prestigieuses, qui vous apporteraient une véritable plus-value pour le poste brigué. Idem si vous avez été longtemps sans emploi et que vous n’avez pas d’autres informations à mettre sur votre CV.

 

5. Des compétences évidentes

Il est inutile de préciser que vous êtes « efficace », « flexible », « sociable » ou « autonome ». Ce sont des qualités évidentes, que votre futur employeur potentiel exigera toujours de vous. Tâchez de vous focaliser sur des compétences plus originales et plus judicieuses, en rapport direct avec la fonction que vous postulez.

 

6. Toute information qui peut être une source de discrimination

Soyez prudent avec les informations personnelles que vous mentionnez sur votre CV. Par exemple, tout ce qui a trait à la religion ou à votre couleur politique ne devrait pas y figurer, sauf si l’entreprise dans laquelle vous posez votre candidature se positionne clairement sur ces questions (si vous postulez par exemple auprès d’un parti politique, d’une ONG écologique, d’un centre féministe, etc.). De même, réfléchissez bien avant d’évoquer une association ou un groupe auxquels vous appartenez. Ils peuvent en dire long sur vos convictions. Bien sûr, si vous tenez à travailler pour une entreprise qui partage vos idéaux, vous pouvez laisser ces informations.

 

7. Vos exigences salariales

C’est un sujet assez délicat à aborder pour les candidats. Autant éviter d’en parler jusqu’à ce que le recruteur vous le demande spécifiquement. Attention alors à ne pas viser trop haut ou trop bas : donnez une fourchette raisonnable (inspirez-vous pour cela de notre compas des salaires). Ne mentionnez en tout cas jamais cela sur votre CV : attendez les dernières étapes du processus de recrutement.

 

8. Des mensonges

Sur les CV, la ligne entre « embellir » et « mentir » est très souvent franchie. Prenez garde : la découverte de vos petites impostures peut vous coûter la perte du job de vos rêves ! Le mensonge le plus courant est d’exagérer les périodes de travail prestées pour les anciens employeurs, pour cacher des périodes d'inactivité par exemple. Il y a de meilleures façon d'expliquer un trou dans votre CV...

 

9. Des informations confidentielles

Si vous avez mis en contact avec des informations confidentielles au cours de vos emplois précédents, c'est bien sûr une preuve de responsabilité. Même si cela peut être tentant, ce n'est pas une raison pour les mentionner sur votre CV : cela montre que vous n'êtes pas digne de confiance.

 

10. Vos licenciements (et la cause et ceux-ci)

Restez toujours honnête. Malgré tout, votre CV doit vous mettre en valeur ! Mentionner un licenciement aurait l'effet inverse. Ne mentionnez rien du tout : un mensonge par omission n'en est pas vraiment un. Si le recruteur vous demande des explications, il faudra en donner. Soyez préparé à cette éventualité.

 

Source

 

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 13:00

metiers.jpg

 

Beaucoup de gens se contentent d'un job où ils s’asseyent chaque jour derrière un ordinateur et vont de temps en temps en réunion. Pour les autres, heureusement, il existe quelques alternatives... Envie d’un sérieux remaniement de carrière ? Jetez un oeil à ces métiers complètement insolites!


1. Constructeur professionnel de Lego

Un métier qu’on rêvait d’exercer quand on était petit ! Incroyable mais vrai, il existe huit Lego Master Model Builders dans le monde, qui travaillent aux centres Legoland Discovery. Mais pour décrocher le poste, attendez-vous à une féroce compétition : la dernière personne a avoir été engagée (un certain Andrew Johnson) a dû battre 45 candidats sur YouTube et gagner ensuite un concours de construction de Lego en trois rounds, devant un jury et un public.


2. Testeur de nourriture animale

Si vous voyez une annonce qui recherche un Senior Food Technologist, prenez garde. Car ce ne sont pas toujours des chiens qui testent les nourritures pour chiens... Mark & Spencer emploie un homme pour tester toutes les nourritures animales. Celui-ci a déclaré adorer son job ! Pour d'autres jobs animaliers tirés par les cheveux, c'est par ici!


3. Grand-mère professionnelle

Le site grannyandi.co.uk met en contact des grand-mères expérimentées avec des familles qui ont besoin d’une baby-sitter, d’une nounou ou d’une aide-ménagère. Vous avez élevé vos enfants et petits-enfants avec brio tout en gérant votre foyer avec vigueur ? Votre expérience sera précieuse pour ces jeunes mamans débordées !


4. Cuisinier de placenta

D'après une ancienne croyance chinoise, manger son placenta permettrait de mieux récupérer après son accouchement. Cette drôle (pour ne pas dire répugnante) pratique gagne désormais en popularité en Occident. Même le célèbre chef Jamie Oliver y croit. Vous n’avez toujours pas encore envie de vomir ? Alors pourquoi ne pas envisager de devenir cuisinier spécialisé en recettes de placenta ? Il y a sans aucun doute un créneau à prendre...


5. Goûteur de poison présidentiel

Pour se protéger des complots, les dirigeants romains et les anciens Égyptiens avaient à leur service un goûteur. Cette personne devait tester la nourriture avant que son patron ne l'avale, pour vérifier qu'elle ne contenait pas de poison. Un brin archaïque comme pratique, mais saviez-vous que cette profession a encore de beaux jours devant elle ? Tant Barack Obama que Vladimir Poutine emploient un goûteur, qui voyage partout avec eux et goûte chaque plat avant eux. On n'est jamais trop prudent...


6. Faiseur de queue professionnel

Faire la file pendant des heures vous est complètement égal ? Vous pourriez envisager de devenir faiseur de queue professionnel. Pour 36 $ de l’heure, la compagnie américaine linestanding.com fournit des gens qui peuvent faire la queue à votre place. Ce métier est d'ailleurs en train de devenir très populaire en Chine, où attendre son tour à la banque pendant une demi-journée est très courant.


7. Prof de yoga pour chien

Prendre des cours de yoga avec son chien, c’est la nouvelle tendance chez les branchés de Londres et de New York. Envie de vous lancer dans le Doga et ouvrir un cours près de chez vous ? Vous pouvez apprendre à devenir un professeur sur dogadog.com ! La seule condition : ne pas avoir peur du ridicule. Jetez un oeil sur la vidéo ci-dessous !

 

Un tutorial de Doga, le yoga doggy-style!

 

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 10:46

Laver_shutterstock.jpg

 

Vous avez des photos de vous en état d’ébriété sur votre profil Facebook ? Vous avez été tagué sur une photo où, habillé en léopard, vous mettez le feu sur le dancefloor ? Vous avez un jour évacué la pression sur Twitter, en crachant votre venin sur votre patron ? Votre compte LinkedIn est tellement vide qu’il donne l’impression que vous êtes le protagoniste de « Seul au monde » ?


Sachez que ces choses peuvent vous être fatales dans le cadre de votre recherche d’emploi… et peuvent même vous coûter votre emploi, si vous en avez un. Les employeurs sont en effet de plus en plus attentifs à l’« e-réputation » de leurs employés, celle-ci pouvant contribuer à faire ou à défaire la réputation de l’entreprise même. Voici donc 5 astuces pour laver votre passé sur les réseaux sociaux.


1. Faites une recherche personnelle sur vous

Googelez votre nom. Si, dans les premières pages, vous retrouvez des mentions de vous qui pourraient nuire à votre recherche d’emploi, il est temps de supprimer tout contenu inapproprié de vos profils sociaux. La personne qui a été engagée par Cisco et a tweeté « Maintenant je vais devoir gérer le dilemme entre gagner un bon gros salaire et faire la navette tous les jours vers San Jose et détester le boulot » avait probablement zappé le fait que Cisco est relativement engagé sur internet…


2. Dans le doute, effacez

Passez en revue l’historique de vos publications, vos commentaires et vos anciennes photos sur Facebook, Twitter et autres blogs sociaux pour voir si certaines choses publiquement visibles sont susceptibles de vous porter ombrage. Vous pourriez envisager d’effacer toutes les publications de nature sexuelle, les références à la drogue, l’alcool ou le tabac, les blagues racistes ou sexistes et tout engagement politique trop ancré. Certaines applications, comme SimpleWash, permettent aussi de faire des recherches par mots-clés sur vos comptes Facebook et Twitter et d’effacer ainsi d’un seul coup les contenus problématiques. Cette automatisation pourrait toutefois négliger des publications sensibles qui sortent du cadre limité des mots-clés retenus.
Enfin, faites aussi attention aux fautes d’orthographe et de grammaire, qui pourront entacher vos talents de communication.


3. Mettez votre profil LinkedIn à jour

Le site de networking est le premier réseau social professionnel. Le site peut vous aider directement dans votre recherche d’emploi. Bien sûr, vous devez avoir un profil rempli à 100 % et constamment à jour. Pour augmenter votre visibilité, vous pouvez aussi vous inscrire à certains groupes de réflexion importants dans votre domaine et participer aux débats. En réalité, vous devez soigner votre profil LinkedIn en tout temps. Pour plus d’astuces, voyez notre article qui vous éclairera sur les 5 choses à faire sur LinkedIn, même si vous n’êtes pas à la recherche d’un emploi.


4. Commencez à cultiver votre image professionnelle sur les réseaux sociaux

Nouez des liens avec vos anciens camarades de classe et vos collègues en les suivant sur Twitter, en les retweetant et en aimant leurs publications (pertinentes) sur Facebook. Abonnez-vous aussi aux comptes de votre (ancienne) entreprise ou de votre université/haute école. Soignez votre image en publiant vous-même des réflexions intelligentes, argumentées et qui ouvrent le débat.


5. Changez vos paramètres de confidentialité

En cas de doute, vous pourriez envisage de changer les paramètres de confidentialité de vos profils sociaux afin que seul un groupe trié sur le volet puisse voir vos publications anciennes et futures. Les publications sur les réseaux sociaux sont souvent le fruit de votre humeur du moment et font office de soupape pour évacuer les frustrations en tout genre. Mais n’oubliez pas que ces publications restent inscrites sur votre ligne du temps et qu’elles participent à la formation de votre image. Si vous avez donc l’habitude de publier ce genre de « billets d’humeur » spontanés, vous devriez peut-être restreindre le nombre de gens qui pourront voir cet aspect de votre vie privée.

 

Source: Forbes

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 12:13

emails.jpg

 

À l’heure du langage SMS, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion. Outre les fautes d’orthographe caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe ou avec des destinataires manquants.

Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels.

1. Négliger l’objet du message

L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez en effet les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

2. Rater votre adresse

L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour Monsieur/Madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher Monsieur/Madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « Cher/Chère + prénom » fera l’affaire. 

3. Le langage SMS

Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage SMS. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

5. Se tromper de destinataire

Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoi qu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

6. Une ponctuation excessive

La langue française comprend très peu d’éléments de ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

7. Le langage SMS, suite

Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage SMS généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant en face-à-face.

8. Les mails « tartine »

Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

9. « See ya » 

La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « À un de ces , biloute ! ») et les formules alambiquées (« Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

10. Une signature bâclée

Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre gsm professionnel (si vous en avez un).

 

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 15:50

Disciples.jpg

 

Il est souvent question des qualités ou des caractéristiques d’un « vrai leader ». Mais les grands leaders n’existeraient pas sans de grands disciples. Cela peut sembler ironique, mais vous ne pouvez pas être un bon leader si vous n’avez pas appris à marcher dans les pas d’un ou de plusieurs mentors.

Qu’est-ce qui fait donc un bon disciple ? La réponse à cette question vous permettra de comprendre comment devenir un meilleur disciple et comment, par la suite, mieux guider ceux qui vous suivront à leur tour.

Voici les 5 caractéristiques du bon disciple :


1. Soyez attentif

La capacité d’écoute est le fondement de toute relation saine, aussi bien dans la vie professionnelle que dans la vie privée. Dès lors, pour devenir un bon disciple, apprenez à écouter les gens avec qui vous êtes amené à travailler.

Tenez-vous au courant des dernières tendances, des choses qui se font autour de vous, des dossiers que traitent vos collègues. Au fil du temps, vous apprendrez à connaître les gens que vous suivez et vous renforcerez vos relations au sein de l’entreprise.


2. Soyez au taquet

Participez aux conversations que vous trouvez intéressantes, que ce soit dans votre partie du bureau ou plus loin. Prenez une pause café dans la cuisine commune, allez chercher votre sandwich avec vos collègues, passez un maximum de vos temps de pause en compagnie. Soyez interactif dans les conversations : ne vous contentez pas d’écouter, apportez votre contribution. Mais ne parlez pas pour parler. Mieux vaut parler peu, mais parler bien.


3. Partagez les infos

Si l’un de vos collègues vous a appris quelque chose d’intéressant, parlez-en autour de vous. Mentionnez bien la source de cette information, afin que la personne qui en est à l’origine apprenne que vous avez estimé ses enseignements dignes de partage. Vous vous imposerez de la sorte comme un bon disciple et vous flatterez votre mentor. Par ailleurs, vous deviendrez une sorte de référence, de personne de contact, et vous susciterez le désir d’autres gens de vous suivre également.


4. Exprimez votre approbation

Renseignez-vous sur ce que font vos collègues, suivez de près leurs dossiers en cours. Allez vers eux pour leur faire part de votre admiration ou de votre approbation par rapport à la façon dont ils ont mené à bien certaines affaires. Votre collègue se sentira valorisé et vous aurez renforcé vos liens.

 

5. Soyez honnête

Mais attention : la flatterie gratuite sera vite perçue comme telle par vos collègues. Elle aura exactement l’effet inverse que celui que vous souhaitiez : vos collègues se détourneront de vous, ne sachant quand croire vos paroles. Vous perdrez votre crédibilité et votre fiabilité. Vous inspirerez une sorte de méfiance, dont il sera difficile de vous débarrasser. Donc, avant toute chose, restez honnête dans les compliments et les remarques que vous faites. Ne les distribuez pas non plus à tout rompre, ils perdront de leur valeur si vous les banalisez.

Une fois que vous aurez appris à prendre exemple sur des gens que vous admirez, que vous aurez gagné la confiance de vos collègues, que vous aurez installé solidement votre crédibilité et que vous aurez tissé des liens durables, basés sur la confiance et l’estime mutuelle, vous serez prêt à franchir les prochaines étapes qui feront de vous un leader brillant.

 

Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 09:30

boulot.jpg

 

Irritable, désagréable, préoccupé en rentrant du boulot? Après une dure journée de travail, il n’est pas toujours facile de rentrer chez soi et d’oublier tous ses tracas professionnels en claquant des doigts.

Voici 7 choses à faire pour décompresser et se préparer à réattaquer de plus belle le lendemain !


1. Du sport

Un grand classique certes, mais on ne le répètera jamais assez : faire du sport défoule, maintient en forme, oxygène les poumons, libère des endorphines (hormone du bonheur, remède naturel contre le stress), et permet ensuite de mieux dormir.

Footing, natation, sport de combat, fitness : l’important est de choisir un sport qui vous convient, vous amuse, et de vous y tenir !


2. Un massage

La meilleure solution pour évacuer le stress et se détendre complètement après une journée de travail ! On en sort apaisé et les idées plus claires. Cela marche d'ailleurs aussi avec un sauna ou un soin en institut.

C’est cependant un peu plus compliqué à pratiquer fréquemment, à moins d’avoir un partenaire doué et conciliant, ou que votre entreprise ait investi dans des massages sur votre lieu de travail. Ni l’un ni l’autre ? Offrez-vous ce plaisir en institut de temps en temps, vous le valez bien!


3. Chanter

Conséquence du succès de la série Glee ? Les chorales redeviennent tendance. Et c’est tant mieux : chanter permet d’avoir une respiration abdominale plus profonde, et donc d’oxygéner à fond son cerveau sans se forcer à faire d’ennuyeux exercices de respiration.

Intégrer une chorale peut-être très convivial, mais si ce n’est pas votre truc, pas de panique: il vous reste à chanter à tue-tête dans les embouteillages du retour. Même si vous chantez faux, personne ne peut vous entendre. Efficace, gratuit et très drôle !

 

4. Ecrire

En rentrant chez vous, vous ressassez sans cesse les évènements de la journée sans arriver à penser à autre chose ? Pour vous en débarrasser, posez vos états d’esprits sur le papier.

Vous pouvez tenir un journal intime (ce n’est pas réservé aux ados timides !), écrire simplement sur des feuilles volantes, ou carrément tenir un blog sur Internet. Sous couvert de l’anonymat bien sûr, et sans jamais citer les noms de vos collègues. Qui sait, si vous avez une belle plume ou que vos aventures professionnelles sont particulièrement extravagantes, vous pourriez devenir un bloggeur influent !

 

5. Prendre l’apéro

Ne réservez pas l’apéro à vos jours de congé et aux week-ends ! Prendre un verre entre amis après une dure journée de boulot permet de faire une coupure nette avant de rentrer à la maison. Mieux vaut éviter d'y inviter vos collègues : rejoignez plutôt des gens extérieur à votre entreprise.

Bien sûr, nul besoin de consommer de l’alcool lors de l’apéritif : un jus de fruit peut être aussi délassant, s’il est pris en bonne compagnie !

 

 Source

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 09:33

Vous rappelez-vous la douce époque où, assis à votre pupitre, vos pieds ne touchaient pas encore le sol? Lorsque vous appreniez par cœur les tables de multiplication et les exceptions au pluriel des mots en 'ou'? Il se peut aussi que vous ayez intégré de mauvaises "leçons" à l'école. Où en tout cas que ces enseignements ne profitent pas à votre carrière...

Voici 6 choses que votre instituteur vous a peut-être inculquées, mais que vous feriez mieux d'oublier.


1. "Les responsables ont la science infuse"

Tous les enfants admirent leur institutrice qui "sait tout". Mais après un certain stade, il faut faire preuve d’un peu plus de jugeote et d'esprit d'analyse. Plus tard, on apprend vite que ce n’est pas parce que votre patron est votre supérieur hiérarchique qu’il a réponse à tout.


2. "On n’apprend qu’en classe"

ecole.jpg

 

Les compétences que vous avez acquises en construisant des cabanes, en attrapant des grenouilles, en vous faisant des amis et en imaginant des jeux sont inestimables. Et elles seront aussi très utiles à votre future carrière professionnelle.


3. "Les meilleurs éléments respectent strictement les règles"

Pour être un élève modèle, il faut suivre les consignes à la lettre. Mais en grandissant, on comprend qu’un travail jugé "scolaire" n’est pas spécialement un bon travail... D’autant plus que la subordination aveugle n’est évidemment pas compatible avec le panache et l’ambition! 


4. "Le chemin vers le succès est tout tracé"

Pour réaliser une brillante carrière, on répète aux enfants qu'il faut obligatoirement aller à l’université. Cela aide indubitablement, bien sûr, mais beaucoup de personnes s’épanouiront davantage dans des emplois techniques ou manuels. Sans compter tous ces CEO qui sont devenus milliardaires sans avoir obtenu le moindre diplôme…


5. "Soyez sages"

Respectez l’autorité, ne la remettez jamais en question. Ne dénoncez aucune situation qui vous semble mauvaise si elle est instaurée par l’école. Gardez vos opinions dissidentes pour vous. En un mot : restez tranquille. Ce type d'enseignement n'encourage pas les idées subversives ou révolutionnaires, pourtant nécessaire à l'innovation et la créativité.


6. "Les contrôles mesurent votre intelligence"

Comment des tests standardisés pourraient-ils mesurer le potentiel des enfants ? Recevoir de mauvaises notes ne signifie en rien que celui-ci n’est pas un génie. Einstein en était la preuve!

 

Source: Forbes

Repost 0
Publié par Nadege Mambe - dans Carriere
commenter cet article

Présentation

  • : nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • nadegemambe :: Actualité Insolite du Web
  • : Un petit peu de tout pour se divertir sur le Web: Insolites, Humour et Vidéos drôles, Buzz, Actualité, Sport, Infos TV, Jeux...
  • Contact

Devenez Fan

Recherche

La vie est comme une bicyclette. Pour garder l'équilibre, il faut avancer

Fahrrad107.gif

Blume303.gif

 

Le plus grand secret du bonheur, c'est d'être bien avec soi

Beaucoup d’inventions ont été faites récemment. Mais pas une ne sera mieux que concevoir un enfant.

 

Baby203.gif